La désobéissance civile est un moyen

La désobéissance civile est un outil qui s’est révélé efficace pour faire évoluer les sociétés

Elle permet de faire avancer des causes en démocratie : droit des votes des femmes, ségrégation raciale, objection de conscience, la cause homosexuelle. En Suisse, iI a fallu que 12’000 jeunes soient sanctionnés, certains emprisonnés pour que la loi change. En 1957, 33 Valaisannes ont mis leur bulletin de vote dans l’urne sur une question qui les concernait au premier plan : le service civil féminin; elles ont voté, mais n’avaient pas les droits civiques. Leur acte a fait sensation jusque dans le New-York Time. Des grandes figures : Rosa Parks, Gandhi.

 Elle permet actuellement des prises de conscience et des changements clairement tangibles quant au climat !
La Grève du Climat, Extinction Rebellion, la ZAD du Mormont ont eu un impact sur la politique

La désobéissance civile est un moyen démocratique

Elle relève des libertés d’expression et de réunion.protégés par la Convention européenne des droits de l’homme.  Par ex, une occupation non autorisée et non violente d’un lieu privé ouvert au public.​​​​​​​

Le système politique et la législation ne s’adaptent parfois pas assez vite face aux changements sociétaux.

  • Les femmes attendent toujours l’égalité homme-femme pourtant votée en 1981. Elles organisent déormais des grèves.
  • Martin Luther King : “Ils ont beau dire : Attendez ! Quand vous combattez sans cesse le sentiment dévastateur de n’être personne, alors vous comprenez pourquoi nous trouvons si difficile d’attendre.

La désobéissance civile est un moyen d’expression, un aiguillon qui permet d’accélérer les changements, même dans une démocratie.

Le système politique est inadapté à la crise climatique que l’on traverse.

Les processus politiques sont trop lents (consultations, projet, contre-projet, référendum, etc.). Les décisions politiques et les lois sont insuffisantes (Accord de Paris pas respecté).
Les autres moyens, tels que distributions de tracts, lettres des moultes ONG (Greenpeace, Public Eyes, etc.) aux politiques et entreprises n’ont pas eu d’effet.

Des Juges condamnent désormais en Europe les gouvernements pour leur inaction ou leur loi insuffisante (ex. Urgenda, l’Affaire du siècle, Cour constitutionnelle allemande).
Les jeunes, qui vont subir les conséqences demain, sont sous représentés, voire absents des lieux de décisions (gouvernement, parlement , conseils d’administration); cette génération utilise les leviers efficaces à sa disposition pour se faire entendre : c’est la désobéissance civile.

Face à l’urgence climatique, la désobéissance civile est nécessaire

Face à l’immobilisme des autorités, agir est un devoir citoyen pour défendre un droit fondamental et légitime : celui à la Vie et à un environnement sain.

La Grève du Climat, XR, la ZAD et tous les activistes climatiques ont fait bouger les fronts. Ils participent à une prise de conscience du problème et poussent à une accélération des changements nécessaires. Un seul acte de DC ne suffit pas, ce sont des déclencheurs et leur multiplication crée un mouvement historique.

On a depuis des années les connaissances scientifiques nécessaires quant aux causes, conséquences, et possibles solutions. Le problème est que les hommes et femmes politiques ne sont pas guidées par des données mais par des rapports de pouvoir. Des mouvements sociaux puissants sont la courroie de transmission indispensable entre la science et la politique.

En désobéissant on met son confort en danger pour le bien commun 

Désobéir, c’est réfléchir au-delà de sa vie individuelle, s’impliquer et prendre la vie collective à coeur.
Les activistes se mettent en danger par la procédure judiciaire qui suit (arrestation, auditions, incarcérations, peines fermes en cas de récidive, casier judiciaire).

Désobéir n’est pas dramatique.

La désobéissance civile est désintéressée et généreuse.